Skip to main content
deep-web-dark-net

Deep Web et Dark Web : un web « caché » source de multiples fantasmes

Deep Web, Dark Web, Darknet, tous ces termes qu’on entend à tort et à travers, à toutes les sauces, où de nombreuses sources en ligne ou médiatiques partagent des informations erronées les concernant.

Ils représentent pour beaucoup des endroits mystérieux, où il s’y passe des choses que personne ne veut savoir, faisant même l’objet de nombreux reportages ou jeux-vidéos. Mais on est bien loin de ce fantasme collectif, et cet article vous permettra de faire clairement la distinction entre ces trois termes et ce qu’ils représentent.

La face cachée du Web : le Deep Web

Le Web tel que vous le connaissez vous permet d’accéder à vos réseaux sociaux favoris, de regarder des vidéos sur YouTube, des forums, de consulter S for Secure pour lire nos articles, et bien d’autres choses tout à fait passionnantes.

Ce web est dit surfacique, ou web référencé, en bref c’est la partie visible de l’iceberg, accessible facilement via les navigateurs les plus populaires. Et bien le web profond (en anglais deep web) représente la partie cachée de celui-ci. Il s’agit de la partie du web non indexée par les moteurs de recherche traditionnels.

Le deep web représenterait à peine… 96% de l’intégralité de la toile, contre 4% pour le web surfacique, même si ces chiffres varient selon les études.

 

deep-web-search-engines

 

Avec une estimation à 500 fois plus de site sur le web profond que sur le web référencé, vous vous doutez qu’on est bien loin du reportage qui est malencontreusement tombé dans vos recommandations YouTube où un mystérieux personnage caché sous sa capuche et à la voix modifiée vous explique qu’il achète de l’héroïne avec ses bitcoins avec en fond la musique de Saw.

L’indexation sur les moteurs de recherche classiques fonctionne via des robots d’indexation (ou crawlers) qui parcourent le web pour indexer le contenu des pages HTML dans une base de données. Tant le web est gigantesque, de nombreux sites ne peuvent être indexés et ce pour plusieurs raisons.

Certains sites ne sont reliés à aucune autre page et ne sont dont pas accessibles aux crawlers, d’autres nécessitent une authentification avant d’accéder à leur contenu et encore une fois cela ne permet pas l’indexation de ces derniers, et bien d’autres raisons. C’est ce qu’on appel le web opaque, il s’agit de tous les sites non indexés mais qui pourraient théoriquement l’être.

 

surface-web-deep-web-dark-web

 

Et c’est là que le Deep Web se différencie du web surfacique et du web opaque, c’est que toutes les pages contenues dans celui-ci ne pourraient pas être indexées, généralement car elles ne respectent pas plusieurs normes imposées par les moteurs de recherche populaires que ce soit au niveau du format, du contenu, etc.

Ainsi le deep web est un gigantesque réseau et même si les médias aiment appuyer sur la partie illégale de celui-ci, il faut savoir qu’une grande majorité du contenu présent sur le web profond est dédié à la connaissance au sens large, sur divers sujets.

La plupart des utilisateurs passent par le deep web par soucis d’anonymat dans un monde où notre vie privée l’est de moins en moins, ou pour approfondir leurs connaissances sur des sujets précis.

Il représente aussi le seul moyen pour les journalistes ou opposants politiques de s’exprimer librement dans des pays en conflit où la censure et la répression sont exercées.

Encore plus profond que le Deep Web : le Dark Web

Et oui, vous ne le saviez peut-être pas mais deep web et dark web sont bien deux choses distinctes. En réalité, le dark web fait partie du deep web : il représente le contenu du web profond qui existe sur les darknets.

Les darknets sont des réseaux superposés, c’est-à-dire des réseaux bâtis sur un autre. Le terme « darknet » provient des années 60 et désignait les réseaux qui étaient isolés d’Arpanet (l’ancêtre d’internet) pour des raisons de sécurité. Il existe plusieurs logiciel « darknet » permettant l’accès au dark web, comme Freenet, I2P ou le plus populaire que vous connaissez certainement : Tor.

tor

Malgré son nom « Dark Web » qui fait hérisser vos poils, son contenu n’est pas tant « dark » que ça. Il y a effectivement une partie « sombre » sur le dark web qu’on se sent obligé d’évoquer, où il y a plusieurs sites illégaux : vente d’armes, de drogues, de documents contrefaits, des contenus choquants ou même des tueurs à gage. Mais tout cela est loin d’être la norme et la plupart de ces sites sont d’ailleurs des arnaques, il est très déconseillé de les fréquenter.

Notez aussi qu’il n’y a pas besoin d’aller sur ledark web pour avoir accès à du contenu très choquant et réel. Le « web sombre » c’est aussi un très bon moyen de lutter contre la censure pour divers ONG, journalistes ou activistes. C’est également une quantité massive de ressources techniques et intellectuelles, celles-ci totalement légales.

Accéder au Dark Web : ce qu’il faut savoir

Accéder au dark web est, en soit, pas difficile mais il faut tout de même prendre quelques précautions. Les outils à utiliser sont les darknets présentés précédemment, le plus utilisé étant Tor. Celui-ci fonctionne à peu de choses près comme un navigateur classique, mais il faut savoir l’utiliser.

Une fois installé, vous devriez consulter TheHiddenWiki (site accessible sur le web surfacique) qui répertorie une multitude de sites en .onion qui est le nom de domaine utilisé par Tor.

 

thehiddenwiki

 

Généralement ceux qui naviguent sur Tor utilisent en plus un VPN pour garantir leur anonymat, ne divulguent aucune information sur leur identité ou leurs moyens de paiement.

Il est également conseiller de ne pas installer d’extensions ou plugins sur Tor, de n’utiliser que des sites en .onion et enfin de fermer tout programme ou document ainsi que les autres navigateurs pour éviter la création de failles.

Donc si vous tenez absolument à naviguer sur le Dark Web, soyez toujours vigilent, mais vous apprendrez vite qu’au-delà de l’aspect sombre et illégal, celui-ci peut s’avérer être une source de contenu intéressant, et également un moyen de garantir l’anonymat que nous n’avons plus sur les moteurs de recherches traditionnels.

Joffrey Outtier

Joffrey Outtier est le fondateur de sforsecure.fr, ce blog sur la sécurité informatique a été créé pour partager mes connaissances en cybersécurité et sensibiliser les utilisateurs aux dangers du numérique. Pour le suivre sur Twitter : @JoffreyO.